Il Ne Voulait Pas Faire Les Magasins Avec Sa Femme. Ce Qu’Il A Inventé Est Absolument GÉNIAL!

Crédit photo : U.S. Department of Agriculture (https://www.flickr.com/photos/usdagov/)

Crédit photo : U.S. Department of Agriculture (https://www.flickr.com/photos/usdagov/)

Comme la plupart des hommes, le mari de June Woolf avait horreur de faire les magasins : quand sa femme l’envoyait faire quelques courses, il trouvait toujours 1001 excuses, mais sans résultat. Alors, pour mettre fin à son calvaire, il a mis au point un plan diabolique… dont le résumé, exposé dans la lettre envoyée à sa femme par le responsable excédé du Walmart du coin, vous fera certainement bien rire. Bien joué!

Chère Mme Woolf,

Au cours des six derniers mois, votre mari a causé tout un émoi dans notre magasin. Nous ne pouvons pas tolérer ce comportement et sommes obligés d’interdire sa présence dans notre magasin, et cela vous concerne également. Nos plaintes contre votre mari, M. Woolf, sont énumérées ci-dessous et sont documentées par nos caméras de surveillance vidéo :

15 juin, 2014 : il a pris 24 boîtes de préservatifs et les a mises au hasard dans les chariots des autres quand ils ne regardaient pas.
2 juillet, 2014 : il a réglé tous les réveils dans le rayon Ménager pour les déclencher à intervalle de 5 minutes.
7  juillet 2014 : il a fait une traînée de jus de tomate sur le sol conduisant aux toilettes des femmes.
19 juillet 2014 : il est allé chez un employé et lui a dit d’une voix officielle, « Code 3 au rayon Ménager. Allez-y tout de suite ». Cela a poussé l’employé à quitter son poste et recevoir une réprimande de son superviseur qui, à son tour, a impliqué  la direction, causant une perte de temps au niveau de la direction, ce qui a coûté de l’argent à l’entreprise.
4 août 2014 : il est allé au Service Clientèle et a essayé de retourner un sachet de chips.
14 août 2014 : il a déplacé un panneau « ATTENTION! Sol mouillé » sur un tapis.
15 août 2014 : il a monté une tente dans le département Camping et a dit aux enfants qu’ils pouvaient y venir s’ils apportaient des oreillers et des couvertures du département de la literie. Une vingtaine d’enfants l’ont fait.
23 août 2014 : quand un employé a demandé s’il pouvait l’aider, il s’est mis à pleurer et a crié « Pourquoi les gens ne peuvent pas me laisser tranquille? ». Les médecins d’urgence ont été appelés.
4 septembre 2014 : il a regardé droit dans la caméra de sécurité et l’a utilisée comme miroir pour se curer le nez.

Découvrez la suite de la lettre en page 2 (cliquez ici).

Suivez-nous sur Facebook :

Partager Sur Facebook
×
Like us on Facebook
We appriciate it!
×
Avez-vous aimé ?
Suivez-nous sur Facebook :